Rester

à domicile

Vivre

en maison de retraite

Aller

à l'hôpital

Le Groupe AVEC expérimente le modèle d’Opérateur intégré de Santé et d’Autonomie sur six territoires et mobilise le ministre de la santé

Personnes discutant ensemble autour d'un table basse
Expérimenter et mettre en œuvre l’Opérateur intégré de Santé et d’Autonomie sur différents territoires. C’était tout l’enjeu du séminaire national organisé par le Groupe AVEC et son président fondateur Bernard Bensaid, qui s’est tenu les 4 et 5 juillet derniers dans la Drôme provençale.

Le Groupe AVEC a donc initié une mission menée par un cabinet expert indépendant qui vise à démontrer scientifiquement l’impact réel de l’Opérateur intégré dans la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie.

Ces POC (proof of concept) permettront de promouvoir cette organisation innovante contribuant à améliorer le parcours des patients et l’efficience du système de santé tout en réduisant le coût pour la collectivité.

“C’est un projet de disruption structurant pour notre groupe, un projet qui va connaître plusieurs étapes”, a expliqué Bernard Bensaid en ouverture des travaux.

L’objectif du séminaire était bien de réfléchir ensemble autour des contours opérationnels de ce concept d’Opérateur intégré de Santé et d’Autonomie, sur ses avantages, ses vertus et sa mise en œuvre.

Dès la rentrée de septembre, il s’agira de proposer la déclinaison de ce nouveau modèle sur plusieurs territoires où le groupe est présent avec plusieurs outils de prise en charge à domicile, en ville ou en établissement.

“Porter l’Opérateur intégré de Santé et de Dépendance partout et pour tous” constitue désormais le premier objectif statutaire du Groupe AVEC en tant qu’entreprise à mission. En formatant le Groupe AVEC tel qu’il est aujourd’hui,  son président fondateur Bernard Bensaid a rappelé qu’il a voulu anticiper cette autre voie plus efficiente et moins coûteuse pour la collectivité : celle de l’Opérateur intégré de Santé et d’Autonomie apte en prendre totalement un patient  sur un territoire. L’idée est simple : le patient est confié à un seul opérateur de santé et de prise en charge de la dépendance agréé qui gère tout son parcours de soins et d’autonomie, avec une obligation de résultat.

“Cette solution existe déjà dans d’autres pays européens comme par exemple l’Espagne, qui consacre beaucoup moins de ressources humaines et financières à son système de santé et médico-social tout en ayant des indicateurs de santé meilleurs qu’en France”, a détaillé le président du Groupe AVEC.

La valeur ajoutée de l’Opérateur intégré est multiple :

  • l’Opérateur connaît mieux le patient pendant son parcours (ville, hôpital, domicile, maison de retraite) et donc le prend plus efficacement en charge ;
  • le patient est confié à un seul opérateur ce qui fait quasiment disparaître les ruptures de parcours pour la personne âgée ;
  • l’Opérateur intégré est le coordinateur naturel du parcours. Il reçoit donc une rémunération sous la forme d’une enveloppe globale à la capitation, mettant ainsi fin aux dérives économiques du système de tarification à l’acte ;
  • l’Opérateur intégré a les bonnes incitations pour favoriser les actions préventives beaucoup trop faibles dans le système actuel.

Lors de ce séminaire qui a réuni trente directeurs opérationnels et d’établissements du Groupe AVEC, l’ancien Directeur général de l’ARS Grand Est Christophe Lannelongue et Adeline Jenner, ancienne Directrice territoriale d’ARS, ont été chargés d’expertiser la mise en place d’une expérimentation sur six territoires :  Isère, Oise, Seine-et-Marne, Var, Moselle et Bouches-du-Rhône.

Plusieurs ateliers de travail et de réflexion, territoire par territoire, ont été menés pour lancer cette expérimentation dès le mois de septembre.

Pour Christophe Lannelongue, ancien directeur général d’ARS, “il s’agira d’accompagner et de porter cette vision de l’Opérateur intégré de Santé et d’Autonomie. Elle doit être une réponse à un système de santé en grande difficulté qui répond de moins en moins bien aux besoins de la population ; il est aussi de plus en plus déconnecté des réalités de notre société. Mais ce qui est le plus choquant, c’est que la promesse d’un système de santé solidaire n’est pas tenue pour ceux qui en ont le plus besoin”.

Le ministre de la Santé a été sensibilisé à ce projet du Groupe AVEC par le Délégué général du Groupe AVEC et ancien ministre Yves Jégo qui lui a remis le lundi 10 juillet, en main propre, le dossier de présentation de cette expérimentation qui devrait marquer une étape fondatrice dans la conception d’un nouveau modèle, moins coûteux et plus efficient de prise en charge de la dépendance.

Le ministre a déclaré son intérêt pour cette future expérimentation dans un secteur aussi en tension que celui de la prise en charge des personnes âgées dépendantes.

Lire les derniers articles
L'alimentation des personnes âgées sans dents est indispensable pour prévenir la dénutrition. Adapter la texture...
À travers des ateliers pratiques sur le jeu et la lutte contre les poux,...
Ces dernières semaines, au sein des établissements médico-sociaux du Groupe AVEC, une cinquantaine de collaboratrices...